MALTE

 



24 au 31 mai 2016
 





cartes du voyage début du récit... aperçu historique aperçu géographique documentation et crédits bon à savoir... premières images... votre avis...

<

      >

 

 
Inde, vallée du Gange
voyage précédent

Cyclades
voyage suivant


  AUTRES VOYAGES...
 

 

 


Etapes de notre circuit sur l'Île de MALTE:

  • LA VALETTE
  • NOTICE...

    L'Ordre de Malte
     
  • Autour de LA VALETTE  
     - SLIEMA et les ports (Marsamxett et "Grand port")
     - COTTONERA, les "Trois Cités"
    (Senglea, Cospicua et Vittoriosa)
  • Centre de MALTE
     - NAXXAR: Palazzo Parisio
     - "Dôme" de l'église de MOSTA 
     - ATTARD: Palais et jardins de San Anton
     - TA'QALI: ateliers d'artisanat
     - Buskett's Gardens
     - RABAT: musée Wignacourt, Grotte St Paul, catacombes
     - MDINA, "Cité du Silence": citadelle ancienne capitale
  • Sud de MALTE
     - Port traditionnel de MARSAXLOKK
     - SIGGIEWI: musée de la pierre (globigérine)
     - falaises de DINGLI 
     - ZURRIEQ: "la Grotte Bleue"
     - QRENDI: temples mégalithiques Hagar Qim et Mnajdra
  • NOTICE...

    Les mégalithes
     
    Ile de GOZO
     - XAGHRA: temples mégalithiques de Ggantija
     - FONTANA: artisanat de la dentelle
     - XLENDI, station balnéaire
     - SAN LAWRENZ: "Fenêtre d'Azur" et Fungus Rock
     - VICTORIA (Rabat), capitale de Gozo
     

    NOTICE...

    La langue maltaise
     
    Sites, paysages, villes ou monuments classés au Patrimoine Mondial de l'humanité de l'UNESCO repérés par le logo


    Passez la souris sur la carte pour voir la carte de MALTE  



     

    ELEMENTS SUR L'HISTOIRE DE MALTE



    L'histoire de Malte est dès le Néolithique liée à celle de la Sicile.
    De par sa position privilégiée entre mer Méditerranée orientale et occidentale, Malte sera toujours occupée par une puissance maritime dominante jusqu'à son indépendance du Royaume-Uni en 1964.

    LE PEUPLEMENT INITIAL (de 5400 à 725 avant J-C)

    L'archipel maltais n'est peuplé que vers 5400-5200 avant J.‑C. par des groupes néolithiques d'agriculteurs-éleveurs-pêcheurs venant de Sicile.  Ce furent les défricheurs, cultivant blé, orge et mil et élevant moutons, porcs et bovin.
    Une seconde vague d'immigration depuis la Sicile a lieu vers 4200 avant notre ère. Ces nouveaux venus mettent en place une civilisation préhistorique importante qui est à l'origine des plus anciens monuments de l'archipel (sépultures collectives en hypogées et temples mégalithiques vers 3600 avant J-C), les temples mégalithiques, encore existants. Ce sont les plus anciennes constructions monumentales de l'histoire de l'humanité (26 sites de temples cyclopéens). Une civilisation qui disparaît mystérieusement vers 2500 ans av. J.‑C.
    Une nouvelle population, arrive de Sicile, porteuse d'une culture totalement différente
    et revivifie la civilisation maltaise en repeuplant petit à petit l'archipel. Ces nouveaux arrivants incinèrent leurs morts et utilisent des outils, mais aussi des armes, en bronze. Puis deux siècles avant les Phéniciens qui vont propulser l'archipel maltais dans l'histoire, un nouveau groupe ethnique débarque sur les îles. Cette nouvelle population venue de Calabre semble parfaitement cohabiter avec les arrivants de la vague précédente.


    ANTIQUITE (de 725 avant J-C à 455):
    Phéniciens, Grecs, Carthaginois et Romains

    Par sa position au centre de la mer Méditerranée, l'archipel maltais est un relais évident, compte tenu de ses ports naturels.
    Les Phéniciens
    , grands navigateurs de langue sémitique, utilisent les ports de Malte à partir du Xe siècle av. J.-C. Après avoir fondé Carthage (814 av. J-C) sur l'autre rive de la Méditerranée, ils installent une colonie dans les îles de l'archipel vers 725 av. J.‑C.  C'est d'ailleurs dans ces îles que fut découverte l'inscription bilingue en grec et en phénicien qui permit de déchiffrer le phénicien.
    Des Grecs
    s'installent également du VIIe au Ve siècle av. J.-C. et partagent apparemment pacifiquement les îles avec les Phéniciens.
    Avec le déclin de la Phénicie, l'archipel passe sous le contrôle de Carthage en 480 av. J.‑C. C'est une colonie précieuse dans la lutte que les Carthaginois mènent contre les Grecs et ensuite contre les Romains.
    À la faveur des guerres puniques, les îles passent sous le contrôle des Romains en 218 av. J.‑C.
    jusqu'au démantèlement de l'empire romain en 395.
     

    MOYEN AGE  (de 455 à 1530):
    Vandales, Byzantins, Arabes, Normands et le St Empire


    En l'an 60, les apôtres St Paul et St Luc y auraient fait  naufrage...
    Vers 455, l'archipel maltais subit l'occupation des Vandales
    (installés en Sicile dès 440) et vers la fin du Ve siècle, celle des Ostrogoths. Il passe ensuite sous le contrôle de l'Empire romain d'Orient également dénommé Empire byzantin. L'archipel est probablement alors la base d'une importante flotte de guerre, qui lui permet de résister longtemps aux premières razzias arabes et la présence byzantine demeure dans l'archipel jusqu'à la conquête de Malte par les Arabes, pendant la dernière phase de l'invasion arabe de la Sicile, juste avant la chute de Syracuse en 878.
     

    En 870 les Aghlabides (vassaux des califes fatimides) de Abu 'l-Gharaniq Muhammad 'II ibn Ahmad, 8e émir Aghlabide d'Ifriqiya, s'emparent de l'archipel lors de la conquête de la Sicile et font de Mdina leur capitale. L'archipel aurait même été complètement vidé de sa population envoyée en esclavage puis les îles auraient été repeuplées avec des colons arabes et berbères musulmans et des esclaves chrétiens pour mieux défendre l'archipel. La population maltaise se partage alors entre `abid (esclaves), muwalli (convertis) et dhimmis (chrétiens libres de pratiquer leur religion contre paiement d'impôts). L'archipel sert de base arrière pour exercer le pillage.
    Aidés par des esclaves libérés, les Arabes repoussent une attaque byzantine au XIe siècle.

    De 1062 à 1091, les Normands du comte de Sicile Roger de Hauteville (cousin de Guillaume le Conquérant) parviennent à conquérir la Sicile sur les musulmans puis se tournent vers les îles maltaises, surtout pour assurer leurs frontières. En 1090, le comte Roger, Roi de Sicile, s'empare de l'île mais Roger II de Sicile, fils de Roger de Hauteville, doit  conquérir à nouveau les îles en 1127.
    En 1127, l'archipel passe sous domination sicilienne. Le royaume de Sicile comprendra non seulement l'île du même nom, mais aussi tout le tiers sud de la péninsule italienne (sauf le Bénévent) ainsi que l'archipel de Malte et des territoires en Afrique du Nord.

    La domination des Normands dans l'Italie méridionale prend fin en  1194 lorsqu'Henri VI (roi d'Allemagne et roi des Romains) épouse Constance de Hauteville, en l'absence de descendant mâle du Roi de Sicile. Malte devient un maillon clé sur la route des Croisades.
    Finalement, entre 1240 et 1250, Frédéric II du Saint-Empire qui lui succède,  expulse les musulmans, même si beaucoup se convertissent pour rester dans les îles. Pendant cette période, les Maltais se rechristianisent mais conservent leur langue l'arabe maltais proche de l'arabe ifriqiyen, tout en empruntant massivement une partie de leur vocabulaire au sicilien et à l'italien. Les souverains d'Aragon et d'Espagne qui succèdent imposent un régime féodal sévère à l'origine de soulèvements de la population. Tout au long de cette période, les îles maltaises apparaissent de plus en plus exposées aux attaques maghrébines et turques. Ainsi, en 1429, une razzia menée par 18000 sarrasins Hafsides (de Tunisie) enlève 3000 prisonniers. L'archipel accueille des familles juives chassées d'Espagne en 1492.

    Lorsque Charles Quint se rend une première fois en Italie en 1529 pour se faire couronner empereur par le pape Clément VII, ce dernier intercéda en faveur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, un ordre hospitalier et militaire consacré en son temps à la défense du Royaume latin de Jérusalem, pour que celui-ci retrouve une souveraineté après avoir été chassé des îles de Chypre puis  de Rhodes par les Ottomans. C'est à Bologne, le 24 mars 1530, que Charles Quint signe le diplôme concédant à l'Ordre "en fief perpétuel, noble et franc, les villes, châteaux et îles de Tripoli, Malte et Gozo avec tous leurs territoires et juridictions", hérités des possessions de Naples et de Sicile.
     

    L'ILE DES CHEVALIERS  (de  1530 à 1798)

    Délaissant Mdina, ancienne capitale de l'île de Malte, l'Ordre installe son couvent dans le port de Birgu (aujourd'hui face à La Valette, à l'est) où sont édifiées plusieurs fortifications en vue de mettre l'île en état de défense contre une éventuelle attaque des Ottomans.
    En 1675 puis de nouveau en 1676, une épidémie de peste frappe les îles, faisant plus que décimer la population puisque faisant 11 300 victimes sur une population estimée à 60
     000 habitants.


    Le Grand Siège (1565)
    Le Grand Siège intervient le 19 mai 1565 quand les Turcs Mustapha Pacha et Uluç Ali Paşa font débarquer à Marsaxlokk un premier contingent de 40 
    000 (ou 30 000 ?) soldats. Le grand maître Jean Parisot de La Valette ne peut leur opposer qu'environ 9 000 hommes dont 592 (ou 512 ?) chevaliers. Le grand siège de Malte se termine le 13 septembre, après l'arrivée des renforts siciliens du vice-roi Don Garcia de Tolède, par la défaite des Ottomans qui perdent plus de 12 000 hommes. Les pertes maltaises s'élèvent à environ 9 000 personnes dont des femmes, des enfants et des vieillards qui n'avaient pu être évacués en Sicile, et 313 chevaliers. La victoire est célébrée avec éclat et reste une des plus grandes victoires de la chrétienté sur l'empire ottoman.

    Bataille de Lépante (1571)
    La bataille de Lépante est l'une des plus grandes batailles navales de l'histoire. Elle s'est déroulée le 7 octobre 1571 dans le golfe de Patras en Grèce. Dans le contexte de la Quatrième guerre vénéto-ottomane, la puissante marine ottomane y affrontait une flotte chrétienne comprenant des escadres vénitiennes et espagnoles renforcées de galères génoises, pontificales, maltaises et savoyardes. Les Turcs y perdirent la plus grande partie de leurs vaisseaux et près de 20
     000 hommes. L'événement eut un retentissement considérable en Europe car, plus encore que la défaite des janissaires lors du Grand Siège de Malte de 1565, il sonnait comme un coup d'arrêt porté à l'expansionnisme ottoman.

    Malte se trouve être alors la place forte la plus importante en Méditerranée. Mais l'idéal de l'Ordre se pervertit en pressurant la population et en accumulant les richesses à la faveur du pillage des bateaux arabes arraisonnés. La morale chrétienne cède et les moines oublient leur triple voeu: chasteté, pauvreté et obéissance.


    LES COLONISATIONS (1798-1800 puis de 1800 à 1964)

    Colonisation française (1798-1800)
    Déjà en 1792, avec la Révolution française, les biens de l'Ordre sont confisqués en France ce qui le prive de la moitié de ses revenus.
     La domination de l'Ordre prend fin en 1798 avec la prise de l'archipel par Napoléon Bonaparte lors de sa campagne d'Égypte dont Malte constitue une base avec une garnison de 3
     000 (ou 1 000 ?) hommes. Sous la menace, l'Ordre renonce sans combattre à sa souveraineté et à sa propriété sur l'archipel.

    En positif de l'épisode napoléonien, on peut citer diverses réformes: alors que les Chevaliers laissaient les Maltais dans l'ignorance, les filles purent désormais étudier, les écoles furent gratuites, les Français y enseignaient le maltais. Le journal de Malte fut créé; l'inquisition et l'esclavage furent abolis; les filles reçurent une dot et le code Napoléon fit son apparition (adapté ultérieurement en 1829 et 1852).

    En 1800, face à l'occupation française, au pillage des biens de l'Église par les troupes napoléoniennes, aux lois impopulaires promulguées par Bonaparte et à l'attitude peu respectueuse des Français, le peuple maltais cherche un appui auprès du roi de Naples et de l'ennemi du moment des Français, l'Angleterre. Les Français sont bloqués sur la terre par les Maltais et sur la mer par les Anglais. Le 5 septembre 1800, la garnison française fait reddition aux troupes britanniques.

    Colonisation britannique (1800-1964)
    En 1802, le traité d'Amiens décide le rétablissement de la souveraineté de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem sur l'archipel mais rencontre l'opposition du Congrès national britannique. Les Britanniques refusent de rendre l'archipel aux Hospitaliers et l'annexent officiellement à l'Empire britannique en 1816, après la signature des traités de Paris de 1814 et de Vienne de 1815.
    Toutefois les Britanniques ne sont pas mieux acceptés que les Français: ils imposent unilatéralement leur langue, en interdisant la langue italienne. Ils s'emparent du pouvoir politique et économique. Cela engendre un gros courant d'émigration dans la première partie du XIXe siècle mais l'ouverture du Canal de Suez en 1869 va favorisé le développement de chantiers navals.
    Cette situation d'exploitation coloniale provoque en retour la montée de revendications nationalistes (émeutes de 1919) et les Britanniques doivent concéder une nouvelle constitution (1921) augmentant le nombre d'élus maltais au Conseil législatif puis reconnaître la langue maltaise (1934).

    Seconde Guerre Mondiale
    En juin 1940, Mussolini lance une offensive contre l'archipel avec huit attaques aériennes en une seule journée.

    Pendant deux années, Malte joue un rôle important en raison de sa position stratégique qui gêne considérablement le ravitaillement des armées de l'Axe  dans leur tentative de s'emparer du canal de Suez. Par ailleurs, 24 000 Maltais servent au sein de l'armée britannique. Cela vaut à sa population la George cross pour sa résistance héroïque face au blocus et aux bombardements incessants (16 000 tonnes de bombes détruisant 20 000 maisons et faisant 2 000 victimes).C'est cette croix qui figure aujourd'hui sur le drapeau national et non pas celle des Chevaliers.

    Pendant la guerre, un certain nombre de jeunes Maltais, généralement des étudiants en Italie avant la déclaration de la guerre, qui se considéraient proches de l'Italie fasciste, se battent dans l'armée italienne pour rattacher leurs îles au Royaume d'Italie.

    L'automne 1942 est marqué par  la défaite de Rommel à El Alamein et en 1943, Malte sert de base aux Alliés qui vont envahir la Sicile, puis remonter la péninsule italienne.

    En 1947, les Britannique offrent à l'archipel un statut bâtard de self-governement. Mais leur aide au relèvement de l'archipel reste limitée et les Anglais refusent de reconstruire les chantiers navals détruits par les bombardements. Cela pousse le gouvernement local a démissionner en 1958.


    MALTE, DEL'INDEPENDANCE (1964)
    A LA  REPUBLIQUE (1974)

    Au pays de l'alternance
    L'indépendance du pays est reconnue le 21 septembre 1964, mais pendant une décennie Malte conserve la reine Élisabeth 
    II en tant que chef d'Etat, comme de nombreux pays du Commonwealth. En 1971, les travaillistes sont élus et demandent une aide aux Anglais qui l'ont refusée dans un premier temps d'où la menace de Malte de se tourner vers la Russie. Ce chantage sera payant: 14 millions de £...
    Ce n'est que 10 ans plus tard, le 13 décembre 1974, sous l'impulsion du premier ministre Dom Mintoff, que Malte proclame la république, tout en restant membre
    du Commonwealth, et élit un président à sa tête. Ce gouvernement travailliste a cherché une collaboration avec les pays staliniens. En 1979, les dernières troupes britanniques font leur paquetage.
    Des gouvernements nationalistes
    (pro-européens) et travaillistes vont se succéder, avec des rapports tendus, et la démocratie libérale sera réellement mise en place à partir de 1987.

    Succession des majorités:
     
    - 1964-66 Nationalistes
     - 1966-71 Nationalistes
     - 1971-76 Travaillistes
     - 1976-81 Travaillistes
     - 1981-87 Travaillistes
     - 1987-92 Nationalistes
     - 1992-96 Nationalistes
     - 1996-98 Travaillistes
     - 1998-2003 Nationalistes
     - 2003-08 Nationalistes
     - 2008-13 Nationalistes
     - 2013(-18) Travaillistes

    L'organisation des pouvoirs
    La Chambre des députés est composée d'au moins 65 députés élus selon un système proportionnel. Les élections générales ont lieu tous les cinq ans. La dernière a eu lieu en 2013.

    Le président de la République est élu par la Chambre des députés (Kamra tar-Deputati) et nomme comme Premier Ministre le chef du parti vainqueur aux élections générales, et également, sur recommandation du Premier ministre, les différents ministres du gouvernement choisis parmi les députés.
    Le mandat présidentiel ne peut être renouvelé qu'avec l'approbation des 2/3 des députés.

    Les deux principaux partis politiques de l'archipel sont le Parti travailliste (LP) et le Parti nationaliste (PN). Ces deux partis se positionnent plutôt au centre gauche (LP) et au centre droit (PN). Les Maltais sont politiquement très conservateurs, le vote familial était très répandu il y a encore une génération.

    Depuis 2013, les élections ont ramené les travaillistes au pouvoir avec comme Premier Ministre Joseph Muscat et à la Présidence Marie-Louise Coleiro Preca
    (seconde femme accédant à cette fonction).

    L'armée maltaise est symbolique avec une troupe de 1800 engagés.

    Vallée du Gange
    voyage précédent

    Cyclades
    voyage suivant

      AUTRES VOYAGES...

    ELEMENTS SUR LA GEOGRAPHIE DE MALTE
     


    Le territoire maltais est un archipel situé entre mer Méditerranée orientale et occidentale à environ 93 km de la Sicile, à 230 km à l'est de la Tunisie, à 340 kilomètres au nord de la Libye et à  570 km à l'ouest de la Grèce (ou plus précisément de Céphalonie).

    Sa localisation stratégique au centre de la mer Méditerranée  et entre l'Afrique du Nord (cap Bon) et le sud de l'Europe lui a valu les convoitises de nombreuses civilisations au cours des âges.
    Le percement du canal de Suez va mettre Malte sur la ligne des steamers ("bateaux à vapeur") pour les colonies du Commonwealth. Après avoir été un centre de maintenance naval avec de vastes chantiers, c'est aujourd'hui un relais méditerranéen pour le trafic international des conteneurs.

     

    RELIEF, HYDROGRAPHIE

    L'archipel
    qui couvre 316 km² se compose de huit îles, dont quatre sont habitées: Malte (Malta en maltais et en anglais), Gozo (Għawdex en maltais et Gozo en anglais), Comino (Kemmuna en maltais et Comino en anglais) et l'île Manoel. Quatre autres sont inhabitées: Cominotto (Kemmunett en maltais et Cominotto en anglais), Filfla et les deux îles de Saint-Paul (Gżzejjer taSan Pawl).
    Ce pays ne mesure donc pas plus qu'un petit département français comme ceux d'Ile de France ou de Mayotte (alors qu'en moyenne un département mesure dans les 6000 km²).

    L'île principale de l'archipel maltais est l'île de Malte qui couvre 246 km². Elle mesure 27 km dans sa plus grande longueur et 14,5 km dans sa plus grande largeur.
    Une longueur intermédiaire  entre celle de nos îles charentaises de Ré et d'Oléron mais avec une forme plus trapue....Son point culminant est le Ta' Dmejrek (258 ou 253 m).
    La deuxième île de l'archipel, au nord-ouest, est l'île de Gozo qui couvre 67 km². Elle mesure 14,5 km dans sa plus grande longueur et 7 km dans sa plus grande largeur. C'est une île légèrement plus petite que notre île bretonne de Belle-Ile...Son point culminant est le Ta' Dbiegi (190 m).
    Entre l'île de Malte et de Gozo se trouve la troisième île de l'archipel, l'île de Comino (2600 par 2100 m) et son îlot celui de Cominotto.

    De l'histoire géologique de l'archipel maltais, il faut retenir quelques éléments. Tout comme la côte adriatique de l'Italie, la Calabre, une moitié de la Sicile, il fait partie du même ensemble géologique, une sorte de sous-continent, l'Apulie, venu se souder à la plaque africaine au début de l'Ere Secondaire, il y a de 250 à 120 millions d'années. Des dépôts de calcaire tendre, de couleur dorée, contenant de très nombreux coquillages et fossiles qui rappelle les faluns et le tuffeau de Touraine,  se sont déposés  à l'ère Secondaire, durant la période géologique du Crétacé, il y a environ 90 millions d'années. La collision Afrique/Eurasie qui a commencé vers 60MA se poursuit jusque vers 30MA en donnant naissances aux Alpes. En fait, il s'agit d'une subduction continentale. La Téthys, coincée entre l'Eurasie qui va vers le sud-est et l'Afrique qui remonte au nord, se ferme par subduction sous le continent eurasiatique.

    L'archipel maltais, situé sur la limite nord de la plaque africaine, est constitué de roches sédimentaires peu déformées, globalement inclinées vers le Nord-est. Malte et Lampedusa sont les sommets émergés des bordures d'un rift résultat d'une surrection qui a eu lieu entre le Miocène et le Pliocène dans la direction Sud-ouest/Nord-est. Le risque sismique est modéré mais signalons toutefois les dommages subit en 1693  à la suite d'un tremblement de terre de 6 minutes dont l'épicentre se situait en Sicile.

    L'archipel calcaire maltais a émergé au Miocène moyen, il y a environ 10 millions d'années. Les îles maltaises présentent les caractéristiques de tout relief karstique: vastes plateaux dénudés par l'érosion, échancrés par de courtes calanques qui forment autant de ports abrités.
    Si le relief maltais est le résultat d'une érosion hydraulique, aujourd'hui les cours d'eau sont réduits à l'état de wied (oued). L'eau douce est présente sous forme d'une nappe phréatique flottant sur une nappe d'eau de mer. En surface, l'eau douce est présente toute l'année dans quelques rares étendues d'eau, généralement canalisée dont la plus vaste est celle des Chadwick Lakes. L'eau douce, pour la consommation humaine, était au XIXe siècle obtenue par des puits, des pompages éoliens et un réseau de galeries souterraines permettant un drainage des eaux de pluie. Le pompage intensif de la nappe phréatique a pour conséquence, petit à petit, au fil du temps, la présence d'une saumure, commençant à poser des problèmes à l'agriculture car entraînant une salinisation des terres de culture. Depuis la deuxième moitié du XXe siècle, l'eau de consommation est obtenue par dessalement de l'eau de mer par un procédé d'osmose inverse (en anglais "reverse osmosis" donnant lieu au jeu de mots: la plus grande rivière de Malte est la "River of Moses" ("la rivière de Moïse").


    CLIMAT

    Le climat est de type méditerranéen, avec des hivers doux et pluvieux et des étés chauds et secs. On y compte en moyenne 60 jours de pluie par an. Il pleut entre novembre et février, mais de façon assez sporadique.
    Le climat de Malte offre des hivers assez doux, lumineux et ensoleillés, avec des températures tournant autour de 15°, et des étés chauds et assez secs, rafraîchis par le vent de mer, où les températures peuvent atteindre 40° en pleine saison. Mes Maltais n’ont pas besoin de chauffage car il fait 10° au minimum mais en été, ils doivent utiliser la climatisation...
    Les îles maltaises jouissent d'un climat typiquement méditerranéen chaud avec des étés longs et secs et des hivers doux, frais. Malte bénéficie d'environ 3000 heures d'ensoleillement par an.

    Compte tenu de ce climat et des défrichements, depuis longtemps les forêts néolithiques ont été remplacées par un maquis avec quelques arbres; caroubiers, amandiers, eucalyptus...
     

    POPULATION ET DEMOGRAPHIE

    En 1569, la population de Malte était de seulement 10 000 habitants alors qu'elle dépasse aujourd'hui les 447 000 habitants, soit moins que beaucoup de départements français. 95% de la population est urbaine.

    L'émigration maltaise au début du XIXe siècle vers les pays du Maghreb était motivée par une série d'épidémies. Après la Deuxième Guerre mondiale, en raison des destructions et du grand nombre d'enfant les familles (poids de l'Eglise), les jeunes maltais partaient vers l'Australie, les USA, le Canada, le Royaume-Uni... Si bien que l'Australie compte 455
     000 Maltais, plus qu'il n'y a d'habitants dans l'archipel.

    Bien qu'il s'agisse du pays le moins peuplé de l'Union européenne, il est celui qui possède la plus grande densité avec plus de 1 400 habitants par km² (soit plus de 10 fois celle de la France), ce qui le classe au 4ème rang mondial derrière Monaco, Singapour et le Vatican. L'archipel est donc très urbanisé avec 68 villes et villages dont 54 sur l'île de Malte.

    L'accroissement naturel est d'un millier d'habitants par an soit un taux annuel de 2,4‰ avec un taux de fécondité de seulement 1,5 enfant par femme Toutefois, à cela s'ajoute un solde migratoire positif de 2,0‰.

    L'espérance de vie est de 83 ans pour les femmes et de 79 ans pour les hommes. Les plus de 65 ans représentant 14% de la population (contre 17% de moins de 15ans.).

     

    COMPOSITION ETHNIQUE ET RELIGIONS

     - Maltais 93,8%
     - Britanniques 2,1%
     - Maghrébins 2 %
     - Autres 0,6 %

    Une forte communauté d'étrangers, principalement des Britanniques, est implantée à Sliema et aux alentours. De plus, une population maghrébine de plus en plus importante s'installe sur l'archipel.
    Les riches oligarques russes cherchent à obtenir la citoyenneté maltaise. Pour devenir un Maltais résident, il faut énormément investir et résider dans la pays au moins un an. On dénombre environ 3000 Russes, Ukrainiens et Bulgares.

    En décembre 2007, Malte a intégré l'Espace Schengen mettant Malte aux avant-postes de l'émigration africaine avec l'île italienne de Lampedusa.
    Sur les 40 000 migrants (Somaliens, Erythréens...) arrivés sur l'île, 6 000 y sont accueillis.

    La religion d'État est le catholicisme romain mais chacun est libre d’exercer la religion de son choix. Il y a 95% (on trouve aussi mention de 93%, 97% ou de 98% ?) de catholiques, 3% de chrétiens non-catholiques (orthodoxes et protestants), 1% d'athées et moins de 1% de musulmans.

     

    LANGUES

    La République de Malte reconnaît une langue nationale, le maltais, ainsi qu'une deuxième langue officielle, l'anglais.

    L'occupation musulmane a installé l'arabe comme langue nationale, encore parlé aujourd'hui et  la plupart des toponymes en témoignent aussi.
    Le maltais est l'un des parlers dialectaux siculo-arabes,
    qui se sont formés à la suite de la conquête berbéro-arabe de la Sicile et de l'archipel maltais. L'origine de la langue est l'arabe ifriqiyen, autrement dit tunisien (de l'ancien nom de la Tunisie,  Ifriqiya déformation de Africa), enrichi par des apports italiens, siciliens, dans une moindre mesure français et plus récemment anglais. En raison de son origine siculo-arabe, le maltais est classé dans la famille des langues sémitiques parlées entre le Moyen Orient et l'Afrique du nord.
    C'est aussi la seule langue vivante de la famille des dialectes siculo-arabes écrite en alphabet latin modifié par l'ajout de signes diacritiques afin de rendre les intonations sémitiques. Il a fallu environ deux siècles pour que l'alphabet actuel fût finalement fixé officiellement le 1er janvier 1934.

    La grande majorité des insulaires (95%) parle le maltais. Cependant, en raison de la longue colonisation britannique, l'anglais joue également un rôle important. Même si seules 6200 personnes sont de langue maternelle anglaise, la place de l'anglais est importante sur le plan sociopolitique, car il demeure l'une des deux langues officielles et il est parlé par 88% des Maltais. Parmi les langues utilisées à Malte l'italien est pratiqué par environ 2% de la population (8500 locuteurs) et c'était l'une des langues officielles de Malte jusqu'aux années 1930.

    Par secteur d'activité, la population active se répartit ainsi: agriculture 1,4%, industrie 22,2% et surtout les services avec 76,4%. Ce qui correspond sensiblement aux part dans la formation du PIB.


    ECONOMIE

    En 2006, Malte a conclu un accord avec la Commission européenne, qui dans les faits permet à Malte de conserver son avantageux régime d'imposition des sociétés, au nom de la solidarité entre États membres. Les résidents de nationalité britannique ne paient pas d'impôts.

    Malte a privatisé plusieurs entreprises publiques afin de préparer son entrée dans l'Union européenne en 2004. Malte et la Tunisie sont en discussions pour l'exploitation commerciale du plateau continental qu'ils partagent, particulièrement en ce qui concerne la prospection pétrolière. La lire maltaise a cédé la place à l'euro, devenu la monnaie légale depuis le 1er janvier 2008.

    Après l'indépendance de Malte dans le Commonwealth, le 21 septembre 1964, et sa constitution en république, le 13 décembre 1974, les dirigeants politiques maltais ont cherché les moyens de passer d'une économie coloniale à une économie nationale.

    A la suite de cela, le Premier Ministre travailliste a affirmé la neutralité de Malte et son non-alignement mais dans le même temps il a cherché une collaboration avec les pays staliniens (URSS, RDA, Bulgarie et Roumanie). A leur arrivée au pouvoir, les nationalistes ont choisi la collaboration avec l'Union européenne par un accord d'association signé en décembre 1970 mais remis en cause par le retour au pouvoir des travaillistes en juin 1971. L'alternance politique ramène les nationalistes en 1987 qui décident en 1990 d'ouvrir des négociations pour adhérer à l'Union européenne. Après une nouvelle alternance, travailliste cette fois,  de 1996 à 1998,  les Maltais sont consultés par référendum le 8 mars 2003, et 53,6% approuvent l'adhésion qui est acceptée le 14 avril 2003 parle Conseil européen (neuf autres pays sont acceptés en même temps)  et le traité d'adhésion entre en vigueur le 1er mai 2004.
    Le 21 juin 2007, le Conseil européen autorise l'adoption de l'euro et fixent le taux irrévocable de conversion à 1 euro = 0,4293  livre maltaise et le 1er janvier 2008, Malte intègre la Zone euro. Le 21 décembre 2007, Malte intègre aussi l'Espace Schengen mettant Malte aux avant-postes de l'émigration africaine avec l'île italienne de Lampedusa.

    Malte ne produit qu'environ 20% de ses besoins alimentaires (l'agriculture ne pèse que 2% du PIB) et possède des ressources en eau limitées et n'a pas de sources d'énergie qui lui sont propres.
    L'économie est dépendante du commerce extérieur, particulièrement en tant que point de transbordement du fret maritime et par sa flotte (23% du PIB), du tourisme (25% du PIB) et des industries, notamment électronique (microprocesseurs avec le groupe franco-italien  STMicroelectronics) et textile.
    Les points forts de l'économie de Malte sont son emplacement stratégique, étant située au milieu de la mer Méditerranée, à un carrefour entre l'Europe, l'Afrique du Nord et au Moyen-Orient,
    son économie de marché ouverte pleinement développée, la population multilingue (88% des Maltais parlent anglais), une main-d'œuvre productive, un faible impôt sur les sociétés et les pôles de la finance.
    La fiscalité est particulièrement attrayante pour les entreprises étrangères avec un taux de 5 à 10%.

    Malte exporte des machines et équipements de transport,  aéronautique, livres et journaux imprimés, produits pharmaceutiques, jouets et équipements sportifs.
    Ses principaux clients sont Allemagne 8,9%, Singapour 7,1%,  France 6,2%,  Libye 6,2% et U.S.A. 4,4%.

    En 2014, plus de 1,7 millions de touristes ont visité l'île.

    La balance commerciale est déficitaire de plus d'un milliard de dollars en raison d'les importations trois fois supérieures aux exportations
    car Malte doit importer des combustibles, machines et équipements de transport, machines électriques, produits plastiques et autres produits semi-fabriqués, automobiles, biens aéronautiques, matériel de construction, denrées alimentaires,  véhicules,  papier,  pétrole, fer et acier, produits pharmaceutiques...
    Ses fournisseurs sont l'Italie 24,6%, l'Allemagne 5,6%,  le Royaume-Uni 5,4%, la Russie 5,1%  et la France 5,0%.

    Le PIB par habitant de Malte, ajusté en parité de pouvoir d'achat, s'élève à 27 400$  et se classe à la 15e place dans la liste des pays de l'UE en termes  de pouvoir d'achat.

     Le taux de croissance du PIB a été de 2,4% en 2013 et est en progression tandis que l'inflation est de 1%.


    Malte dispose d'une économie de services hautement industrialisée. Dans le PIB, les  services arrivent en tête avec 73,3% suivis de l'industrie (chantiers navals...) pour 25,3% tandis que l'agriculture ne pèse que 1,4%.
    Mate est considéré comme un "pays à revenu élevé" par la Banque mondiale et ayant une "économie axée sur l'innovation" selon le Forum économique mondial.

    En 2013, Malte a enregistré un déficit budgétaire de 2,7%, ce qui est dans les limites imposées pour les pays de la zone euro par les critères de Maastricht et la dette publique brute est de 69,8%.
    Pour réduire son endettement et en réaction à la corruption du pouvoir conservateur, l'Etat maltais a cédé aux Chinois ses centrales thermiques.

    Avec un taux de 5,9% (en 2015), Malte a le sixième taux le plus bas de chômage dans l'UE. Malte est le 15e pays le plus démocratique dans le monde selon l'indice de démocratie de l'Economist Intelligence Unit. La part de population sous le seuil de pauvreté est de 15,1% (en 2012).

    Mardi 24 mai

    En ce printemps  pourri 2016, nous avons été bien inspirés de faire ce petit voyage acheté auprès de notre voyagiste low-cost favori (940€).

    ATTENTION
    Les programmes de visite en circuit groupé de MALTE proposés par pratiquement tous les voyagistes comportent une journée et demie en visite libre. Parfait si vos vacances maltaises correspondent à un moment de farniente, piscine... En revanche, si vous souhaitez utiliser au maximum votre semaine, dans ce cas regardez bien ce que le programme prévoit et ce qu'il laisse de côté afin d'organiser par vous-même  de ce temps libre avec des excursions et visites, soit en empruntant les transports en commun, soit en achetant des excursions souvent vendues par les bureaux de tourisme des hôtels.


    Départ de Nantes le mardi 24 mai avec trois quarts d'heure de retard en raison d'un tiroir coincé par des sandwichs  comme nous l'apprendra  plus tard le commandant de bord.
    A 6h55, le Boeing 737-800 de la compagnie Transavia (filiale low-cost d'Air France) assurant le vol TO3754 décolle de l'aéroport de Nantes, à peine complet.
    Après le survol du lac de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, nous mettons cap au sud. Malgré la nébulosité, on peut apercevoir sur la droite les îles de Ré et d'Oléron. Le survol de Cognac, Bordeaux, Toulouse et Montpellier se fait dans les nuages. Puis le ciel se dégage sur la Méditerranée et l'on aperçoit un cap de la Sardaigne. Plus tard, c'est une petite île sicilienne qui pourrait être Linosa.
    Pour se poser sur l'une des pistes de l'aéroport de Luqa, face à un vent de sud, cela contraint à faire un détour par le sud et l'est de l'île de Malte vers Delimara et Marsaskala.
    Grâce à un vent arrière pendant une partie du vol, nous arriverons à Malte à 9H20, avec une demi-heure de retard seulement. Nous apprenons que nous  avons consommé 5600 litres de carburant, soit par passager  2 litres pour 100 kilomètres.

    Sous un grand soleil et un ciel d'azur, nous sommes accueilli par Sandrine, une accompagnatrice, et nous découvrons la cascade de sous-traitances en aval de notre voyagiste: Top of Travel, Maltarama et pour finir Meeting Point...
    Lors des excursions à venir, il semble bien que nous aurons des participants venant de différents hôtels et nous formerons donc un groupe à géométrie variable et, qui plus est, nous aurons des guides à la journée, avec des "horaires de fonctionnaires" (9H-17H)...

     

    Direction Bugibba.

    Près de  l'aéroport Luqa,  du golf et du Building of Local Government de Marsa, on peut apercevoir fugitivement ce qui ressemblerait à une petite mosquée mais qui s'avère être un mausolée du cimetière ottoman. Ce cimetière a été créé en 1874 à la demande du sultan Abdelaziz Khan en mémoire des Ottomans morts lors du Grand Siège de 1565 puis il a accueilli les dépouilles de soldats turcs qui avaient été blessés à la Bataille des Dardanelles en 1915 pendant la Première Guerre mondiale.



    BUGIBBA

    En fait nous ne sommes que deux couples hébergés au Bella Vista**(*) et le plus gros de la troupe descend à l'hôtel Salini****, moderne mais excentré. Nous passons près des bassins des salines de Bugibba qui se trouvent tout au bout de Salina Bay. La péninsule de Bugibba-St-Paul est complètement urbanisée, vaste zone résidentielle et hôtelière sans charme entre les baies des Salines et de St-Paul.

    Après avoir rencontré David, de notre réceptif, nous passons dans notre chambre à 11H. Pas de "Bella Vista" à l'horizon mais vue sur les immeubles d'en face.
    Comme il n'y a rien de prévu comme visite ce jour, nous décidons avec l'autre couple, de partir à "la découverte" de Bugibba et nous faisons étape dans le quartier de Qawra, à l'Ocean Basket pour déjeuner. Avec un tel nom, repas de fruits de mer (moules, crevettes, riz et frites pour environ 10€+boisson).

     


    Nous occupons la première moitié de l'après-midi en continuant la visite de Bugibba par le bord de mer (environ 5 kilomètres) et par 27°, avec une légère brise rafraîchissante.
    Côté Baie de St-Paul, le front de mer est plus agréable, avec une promenade aménagée, mais toujours sans plage car rocheux. Après l'Aquarium, en face, on aperçoit la double île de St-Paul, où selon la tradition l'apôtre ainsi que Saint Luc auraient fait naufrage dans une tempête lors de son transfert vers Rome en l'an 60, en vue d'y être jugé. Une statue y est édifiée et le Pape Jean-Paul II s'y est rendu en 2001 lors de son second voyage à Malte. Dans cette zone, l'aquaculture est pratiquée (thon, dorade).
    Bugibba Square est un petit endroit agréable et animé, ombragé par les palmiers. De là, en une petite vingtaine de minutes, on peut regagner à pied l'hôtel de l'autre côté de la péninsule. Peu avant d'y arriver, nous passons près de l'église circulaire et moderne de St-François-d'Assise qui date d'une cinquantaine d'années.

    Retour au Bella Vista: dîner-buffet (servi dès 17H45) et nuit....



     

    Poursuivre la visite de MALTE par LA VALETTE...

    si vous préférez les  images au bavardage,
    faites alors ce voyage avec le DIAPORAMA GENERAL

    ATTENTION J'ai regroupé les excursions par secteurs géographiques sans respecter le déroulement chronologique.

     



    DOCUMENTATION ET CREDITS


  • mes photos et notes de voyage
  • les notes prises par Gwénaëlle lors d'un voyage à Malte en avril 2015
     
    • "Malte" par Catherine GARNIER et Marie-Hélène CHAPLAIN dans la collection Guide Evasion aux Editions Hachette Livre - Paris 2015
    • "Malte" par Jean-Marie BOËLLE dans la collection Guide Mondeos aux Editions Mondeos - Paris 2015
    • "Malte" par divers auteurs dans la collection Petit Futé aux Nouvelles Editions de l'Université - Paris 2014
    • "Malte week-end" par divers auteurs dans la collection Le Guide Vert Editions Michelin - Boulogne-Billancourt 2012
    • le Patrimoine de l'Humanité de l'UNESCO sur l'île de Malte
    • ainsi que, en ligne, les fiches et cartes libres du "World Factbook" de la CIA (!)

     



    BON A SAVOIR

    QUAND Y ALLER ?

    Février est  le mois le plus frais avec une moyenne de 13°et l'hiver est très venteux.
    D'avril à octobre, c'est la période idéale, avec des températures moyennes allant de 15 à 25C et moins de 5 jours par mois de précipitations (moins de 50 mm) mais l'été est très chaud et il y a foule....
    Les intersaisons sont très agréables, avec des températures douces et un fort ensoleillement, ainsi qu'une eau tiède permettant les baignades d'avril à octobre, cependant ne vous attendez pas à pouvoir vous baigner facilement à La Valette même, malgré le climat clément, car la plage la plus accessible se trouve à une quinzaine de kilomètres.


  •  

     

     

    MONNAIE

    Pas de souci, Malte fait partie de la zone EURO depuis le 1er janvier 2008.


    PARLER

    Les langues officielles sont le maltais et l'anglais. L'italien se parle aussi. Vous pouvez vous débrouiller avec l'anglais, mais quelques mots de maltais sont très appréciés. Le maltais, cependant, n'est pas très facile à apprendre: langue sémitique proche de l'arabe, il s'écrit en caractères romains et est plein de phrases comme Jekk jogħġbok ("S'il vous plaît") et M'hemmx mn'hiex ("Il n'y a pas de quoi") qui paraissent provenir, au moins en forme écrite, de Star Trek. La combinaison de lettres  est généralement muette, et x se prononce [ch].

     

     L'ETIQUETTE
     La population est très croyante et la religion tient une place très importante dans la vie quotidienne.
    La visite d'une église implique d'avoir les épaules couvertes (pour les femmes comme pour les hommes) et de porter de préférence un pantalon ou un bermuda pas trop court.
    Sur les plages, le topless et le naturisme sont prohibés, à l'exception de quelques endroits réservés à cet effet (souvent des plages privées de certains établissements hôteliers).
     

    POURBOIRES

    Dans les restaurants, bars et hôtels, il est inclus dans la note, le service étant tarifé à 10%. Pour les taxis, il est d'usage de majorer le prix de 15%. Quant aux bagagistes, ils apprécient de recevoir un ou deux euros.

     

    GASTRONOMIE


    La gastronomie maltaise est un mélange parfois étrange des différentes cultures de l'île. On trouve beaucoup d'influences anglaises et italiennes et même parfois françaises.
    Parmi les spécialités de l'île on trouve :
    - les pâtes, résultat de l'influence régionale italienne
    - le lapin ou fenek (rien à voir avec le renard du désert) est la viande nationale
    - le poisson, résultat de la pêche locale avec parfois des espèces endémiques comme le lempuki, les ftiras, beignets farcis (au thon, entre autres)
    - les pastizzi et tartes

    - le fromage de Gozo.

    La boisson nationale est le Kinnie, soda à base d'orange amère et d'extrait végétaux. La bière du pays est la Cisk (prononcer "Tchisk").
    Le climat maltais est favorable à la vigne. Les Phéniciens l'introduisirent et elle prospéra jusqu'à l'arrivée des Arabes. Après l'occupation musulmane, elle fut de retour avec l'arrivée des Chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Mais au XIXe siècle les Britanniques firent arracher la vigne (et les oliviers) pour cultiver du coton tandis que  l'épidémie de phylloxéra survenait à la fin du XIXe. Le vignoble n'a été réimplanté qu'après la Première Guerre Mondiale et fut d'abord destiné à la production de raison de table. La production de vin de qualité a été relancée il y a une quarantaine d'années mais elle ne suffit pas aussi du raisin doit être importé (Italie).


    ACHATS
    L
    a spécialité de l'île, c'est la dentelle.
    Autres souvenirs: poteries et céramiques, bijoux d'or et d'argent (filigrané), verre soufflé.


    TELEPHONE, INTERNET
     
    On trouve des téléphones publics
    partout
    . Les cabines très british sont de couleur rouge comme au Royaume-Uni. Certaines permettent de passer des appels internationaux.


    TRANSPORTS
     

     
     
    Se déplacer avec des transports en commun est aisé.
    A La Valette la circulation intra muros est assez restreinte à cause de la configuration des lieux: rues en pente et zones piétonnes limitent la présence des voitures.
    Un réseau assez dense de bus quadrille l'archipel
    (80 lignes sur Malte et 15 sur Gozo). Ce service est très économique mais très lent malgré les distances modestes séparant les différents lieux. Les services d'autobus sur les îles maltaises fonctionnent généralement tous les jours de 5h30 à 23h00. Les bus sont climatisés et sont équipées d'annonces sonores et de panneaux d'information électroniques pour les arrêts. À l'arrêt de bus, bien faire signe au chauffeur de s'arrêter. Au terminal assez confus de Floriana (La Valette), il faut trouver sa ligne.
    Selon l'itinéraire et la ligne, les tarifs vont de 0,47€ à 1,50€ et le ticket est valable 2 heures. Il peut être avantageux d'acheter des forfaits qui permettent des trajets illimités sur 1, 3, 5 ou 7 jours, au prix respectivement de 3,49€, 9,32€, 11,65€ et
    13,98€. On peut les acheter directement auprès du chauffeur.

    Une desserte par ferry permet de relier les îles de Malte et de Gozo au rythme d'un passage toutes des demies heures en été et d'une heure en hiver. La traversée dure environ 30 minutes.

    La conduite automobile est à gauche, comme en Angleterre, mais les Maltais ont désormais basculé en kilomètres, tant sur les panneaux que sur les compteurs des voitures. Les Maltais ne sont guère respectueux du code de la route, roulant au milieu de la chaussée, oubliant de mettre leur clignotant, voire négligeant l'arrêt au stop. Il y a pas mal d'accidents de la circulation.
    S'orienter n'est pas toujours simple car les indications sont parfois données en anglais et en maltais (par exemple Vittoriosa c'est aussi Birgù et Victoria c'est Rabat). Et lorsqu'elles sont en maltais, soit elles peuvent être non abrégées donc longues et difficiles à déchiffrer, soit elles figurent en abrégé du genre B'Kara pour Birkirkara.


    SECURITE
    Le pays est très sûr.
    La population n'a traditionnellement pas l'habitude de fermer les portes à clé. Les Maltais sont plutôt bienveillants à l'égard des touristes.
    Attention cependant à la petite délinquance en forte croissance ces dernières années.

     

    La tension du courant est de 240 volts.
    Les prises électriques sont de type britannique à trois broches,
    il faut donc se munir d'un adaptateur.
     

    Aucun décalage horaire par rapport à la France.

     



     ET QUELQUES IMAGES...





    voir d'autres voyages...

    <

          >


    ____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

    Visites        : Visiteurs     :